Differences between revisions 46 and 47
Revision 46 as of 2016-10-24 20:39:39
Size: 45319
Editor: vauss
Comment: sync with English master
Revision 47 as of 2016-11-08 21:32:44
Size: 45387
Editor: vauss
Comment: sync with English master
Deletions are marked like this. Additions are marked like this.
Line 262: Line 262:
LXDE avec Orca. Lire la page sur [[fr/Orca|Orca]] et le LXDE, LXQT avec Orca. Lire la page sur [[fr/Orca|Orca]] et le
Line 761: Line 761:
==== LXDE ====

Pour l'instant, Orca ne démarrera pas automatiquement. Le contournement le plus
==== LXDE et LXQT ====

Pour l'instant, Orca ne démarre pas automatiquement. Le contournement le plus
Line 765: Line 765:
/etc/xdg/autostart/orca-autostart.desktop , ou d'y ajouter LXDE. /etc/xdg/autostart/orca-autostart.desktop. De façon alternative, on peut ajouter LXDE ou LXQT à la fin de cette ligne.

Translation(s): English - Français - German - Italiano - Español


Cette page décrit les dispositifs d'accessibilité de Debian et fournit des astuces de configuration. Pour des informations concernant la maintenance des paquets d'accessibilité, consultez la page accessibility maintainer Pour les détails concernant le développement dans ce domaine, consultez plutôt la page accessibility-devel.

Aidez-nous à progresser

Veuillez lire le message : http://lists.debian.org/debian-accessibility/2013/10/msg00026.html ; il serait utile que des utilisateurs fournissent des scénarios de test, pour que les développeurs non-handicapés sachent comment tester certains paquets d'accessibilité, et ainsi aider l'équipe de développement.

Accessibilité de l'installateur Debian

L'installateur Debian dispose de fonctionnalités d'accessibilité telles que plage braille, synthèse vocale et thème à fort contraste qui sont documentées dans le manuel d'installation de la version stable, dans la dernière édition du manuel d'installation de la version testing (un peu ancienne maintenant), aussi bien que dans l'avant-projet du manuel de la prochaine version de Debian (et aussi sur svn://svn.debian.org/svn/d-i/trunk/manual/en/boot-installer/). Plus précisément, l'installateur Debian sur Linux dispose de toute la prise en charge de plage braille, synthèse vocale et thème à fort contraste. Avec kFreeSD, l'installateur Debian ne dispose que du thème à fort contraste. Avec Hurd, l'installateur prend en charge le thème à fort contraste et uniquement les plages braille en connectique port série.

Les plage braille USB sont détectés automatiquement, les plages série doivent être configurées au démarrage.

En plus de la prise en charge des dispositifs de synthèse vocale matériels présente dans l'installateur de Squeeze (Debian 6), la prise en charge logicielle de la synthèse vocale est présente dans Wheezy (Debian 7) et les versions suivantes : quand vous arrivez au menu de démarrage (un bip devrait être émis et l'indiquer), il suffit de presser la touche « s » et « Entrée ». On peut aussi la déclencher avec le win32-loader en optant pour l'installation en mode expert, avec l'installation en mode graphique ou en ajoutant speakup.synth=soft à la ligne de commande du noyau. Attention cependant : le menu de démarrage de Windows n'est pas accessible ; il faut presser la touche « bas » et « Entrée » pendant que le menu s'affiche au démarrage (pendant 30 s par défaut).

Quand l'installation est faite en braille ou avec la synthèse vocale, les mêmes paramètres braille et de synthèse vocale seront activés sur le système installé. Orca sera également activé pour les utilisateurs créés à l'installation.

Si la synthèse vocale ne démarre pas, nous avons besoin d'information pour savoir où est le bogue.

D'abord et avant tout, nous avons besoin de connaitre l'URL exacte de la page où vous avez téléchargé l'image de l'installateur, autrement on n'arrivera jamais à découvrir un bogue qui peut n'exister que sur l'image que vous avez utilisée (et qui doit aussi être corrigée !).

Dans l'installateur, pressez la touche alt-f2 pour basculer sur une console shell, tapez « Entrée » pour démarrer le shell puis saisissez

amixer scontrols

amixer scontents

cat /proc/asound/cards

et envoyez la sortie à la liste de diffusion debian-accessibility@lists.debian.org pour qu'on puisse savoir si une carte son a été détectée et quels sont les noms des niveaux de volume. Si vous n'avez qu'un message d'erreur ou si n'avez pas les moyens de lire la console, essayez de démarrer avec un CD autonome « live », faites fonctionner le son et envoyez la sortie de la commande lsmod à la liste de diffusion debian-accessibility@lists.debian.org pour que nous sachions quel pilote son est absent.

Des images de Squeeze avec des logiciels de synthèse vocale peuvent être téléchargées ici : http://people.debian.org/~sthibault/espeakup/ mais il semblerait qu'elles ne fonctionnent plus à cause de la mise à jour du noyau dans le dépôt officiel. Comme solution alternative, vous pouvez télécharger les images de Wheezy et quand on vous propose de sélectionner le miroir, entrez '<' pour revenir au menu principal puis baissez le niveau de priorité au minimum, retournez à la partie de sélection du miroir, choisissez d'installer Squeeze à la place de Wheezy et changez à nouveau le niveau de priorité au niveau haut avec la même méthode.

Pour enregistrer des options de démarrage et ainsi éviter de les saisir à l'aveuglette, on peut remastériser une image en utilisant le script ci-dessous :

http://people.debian.org/~sthibault/remaster-append.sh

Le test des fonctionnalités d'accessibilité de l'installateur Debian est documenté sur la page the Debian installer accessibility.

Accessibilité du CD « live »

La version GNOME du CD Debian « live » dispose d'une prise en charge des lecteurs d'écrans. Dans le menu de boot, on doit taper sur la touche « Entrée ». Ensuite, le bureau se lance, et, une fois ceci fait, on peut presser super-alt-s pour démarrer Orca.

Les plages braille

La gestion des plages braille est assurée par brltty qui démarre comme un démon en tâche de fond. La plupart de ces dispositifs d'affichage fonctionnent avec brltty, connectés au port série, une prise USB ou par bluetooth. Le détail des périphériques braille gérés se trouve sur le site de brltty (http://www.mielke.cc/brltty/). Il assure aussi la gestion de lecture d'écran pour les consoles Linux en mode texte. La gestion de lecture d'écran pour GNOME est assurée par Orca. Il ne pilote pas directement les plages braille, il se « connecte » à brltty avec BrlAPI pour le faire. Si Orca ne parvient pas à émettre du braille, assurez-vous que

  • /etc/brlapi.key existe et contient quelque chose (le contenu importe peu, à partir du moment où il n'est pas vide).

  • vous avez les droits nécessaires pour lire /etc/brlapi.key

  • brltty est actif et fonctionne.

Certaines plages braille disposent d'un clavier braille intégré. Brltty simule la frappe des touches sur les consoles en mode texte. Pour que la simulation soit correcte avec Xorg (gestion des claviers non-qwerty, en particulier), le paquet brltty-x11 doit être installé. Il fournit xbrlapi qui doit être lancé au moment du démarrage de la session Xorg, avant de démarrer Orca.

Le clavier du PC peut aussi être utilisé comme un clavier braille. Dans le fichier /etc/brltty.conf décommentez la ligne key-table keypad et relancez brltty. On bascule vers le braille en frappant insert+asterisk sur le clavier numérique ; pour retourner au mode normal, on tape insert+slash sur le clavier numérique. Le réglage par défaut est l'utilisation des touches asdfjkl, comme touches braille, mais le fichier /etc/brltty/kbd-braille.kti peut être modifié pour utiliser d'autres touches.

On peut aussi saisir les caractères braille Unicode (pas les lettres, mais les caractères braille affichés comme tels à l'écran) grâce au paquet console-braille,qui inclut les dispositions de claviers et le programme setbrlkeys qui les charge facilement.

Brltty assure aussi une gestion basique de lecture des écrans graphiques qui se limite aux champs texte, par exemple l'écran principal des éditeurs ou le terminal de gnome-terminal. Cette gestion est fournie par le paquet brltty-x11 et est lancée avec la commande

brltty -b ba -x as

au lancement de la session Xorg. L'option -b ba indique de se connecter avec BrlAPI à l'instance de brltty déjà lancée et qui commande la plage braille. -x as sélectionne le pilote At-Spi qui effectue la lecture de l'écran graphique.

Synthèse vocale

Debian fournit plusieurs logiciels de synthèse vocale dont la liste est disponible sur la page de la tâche synthèse vocale de Debian Blend. Les lecteurs d'écran utilisent souvent directement les programmes de synthèse vocale ou bien utilisent des interfaces génériques tels que speech-dispatcher. Speech-dispatcher est exécuté en tant que démon auquel les lecteurs d'écrans se connectent pour émettre des paroles. Speech-dispatcher dispose de plusieurs modules pour supporter divers programmes de synthèse vocale.

Les systèmes de synthèse vocale sont connus pour avoir des problèmes avec PulseAudio, et plus particulièrement en ligne de commande. Il est recommandé d'essayer de retirer (ou de désactiver) le paquet tel que décrit dans la section suivante #Désactiver_PulseAudio.

Console texte

Les logiciels de synthèse vocale sont pris en charge sur la console texte. Dans Debian, il y a deux lecteurs d'écran qu'on peut utiliser : speakup et brltty.

BRLTTY

BRLTTY offre une prise en charge mature de la lecture d'écran pour la console, incluant la partie vocale. Vous avez le choix d'utiliser directement espeak ou speech-dispatcher. Ils peuvent être installés respectivement avec brltty-espeak et brltty-speechd.

Il est nécessaire d'activer le pilote vocal dans la configuration de BRLTTY. Ouvrez /etc/brltty.conf et éditez-le :

1. si vous utilisez brltty-espeak, décommentez ou insérez la ligne suivante :

speech-driver es

2. si vous utilisez brltty-speechd, décommentez ou insérez la ligne suivante :

speech-driver sd

Après cela, relancez BRLTTY avec sudo service brltty restart.

Speakup

La manière la plus simple est d'utiliser le paquet espeakup qui connecte directement le logiciel de synthèse vocale espeak au lecteur d'écran intégré au noyau.

Une autre manière de procéder est d'installer speech-dispatcher et speechd-up. Speech-dispatcher a besoin d'être démarré en mode d'écran large : /etc/default/speech-dispatcher doit contenir

RUN=yes

Pour plus d'informations, veuillez vous référer à la section au sujet de speech-dispatcher.

Les synthétiseurs vocaux matériels sont également pris en charge par la console texte par le biais des pilotes speakup. Il est cependant requis de désactiver le pilote du port série 8250 en configurant la variable suivante dans /etc/default/grub :

GRUB_CMDLINE_LINUX="8250.nr_uarts=0"

On peut alors, par exemple, ajouter ceci dans /etc/modules afin d'avoir un module speakup chargé :

speakup_dectlk

Speech-dispatcher

De même, si vous n'avez pas pulseaudio d'installé, vous devez configurer speech-dispatcher pour utiliser alsa : dans /etc/speech-dispatcher/speechd.conf, décommentez la ligne AudioOutputMethod et configurez ainsi :

AudioOutputMethod "alsa"

Tester speech-dispatcher

Vous pouvez tester si speech-dispatcher fonctionne en lançant :

spd-say "un texte quelconque"

Ou bien, si vous voulez tester un module spécifique comme espeak :

spd-say -o espeak "un texte quelconque"

Niveau du volume audio

Au démarrage de Stretch, les niveaux du volume audio sont remis à la valeur par défaut. Si vous voulez changer cette valeur par défaut, définissez les niveaux du volume à la valeur désirée (par exemple avec alsamixer du paquet alsa-utils), et sauvegardez cette configuration en exécutant la commande suivante en tant que superutilisateur :

alsactl store

Embossage

Les embosseurs peuvent facilement être utilisés en mode texte via le pilote générique texte de CUPS :

Dans le panneau des imprimantes (on peut y accéder par l'icône d'imprimante dans le panneau de contrôle, ou bien directement par le navigateur à l'adresse http://localhost:631/ puis en cliquant sur Administration), ajoutez une imprimante, choisissez le type de connexion (USB, port parallèle, etc.), vous pouvez choisir la description que vous souhaitez, et pour la sélection du pilote, choisissez « Generic » comme fabriquant, puis choisissez « Generic text-only printer ».

Afin d'imprimer, exécutez alors simplement la commande :

lp test.txt

Si votre embosseur ne le fait pas automatiquement, vous pourriez avoir besoin de reformater votre texte à la largeur du papier en utilisant pour cela la commande fmt. Par exemple, pour 40 colonnes :

fmt -40 < test.txt > test2.txt
lp test2.txt

Rendre le démarrage (boot) accessible

Il est possible de faire émettre un son par GRUB au moment où il est prêt à recevoir des pressions de touches : dans /etc/default/grub, décommentez ou ajoutez cette ligne :

GRUB_INIT_TUNE="480 440 1"

et exécutez update-grub. Pour obtenir un chargeur de démarrage accessible, une solution est d'utiliser petitboot. Le principe est de faire en sorte que le chargeur de démarrage normal (par exemple GRUB) démarre Linux normalement mais en lançant petitboot et brltty. Petitboot présente la liste des noyaux à démarrer et permet d'ajouter des paramètres ; il utilise ensuite kexec pour lancer le noyau désiré avec les options désirées.

Cette méthode permet seulement de lancer Linux, mais pas Windows.

D'abord, installez le paquet petitboot, puis créez un fichier /boot/petitboot.sh contenant ceci par exemple :

   1 #!/bin/sh
   2 /bin/mount none /var -t tmpfs
   3 /bin/mount none /tmp -t tmpfs
   4 /etc/init.d/udev start
   5 /usr/sbin/pb-discover &
   6 /sbin/brltty
   7 /usr/sbin/petitboot-nc -l /tmp/log

et rendez-le exécutable :

chmod +x /boot/petitboot.sh

Puis, créez dans GRUB une entrée pour petitboot. Par exemple, copiez depuis /boot/grub/grub.cfg une entrée pour Linux, dont vous êtes sûr qu'elle fonctionne bien, et collez-la à la fin du fichier /etc/grub.d/40_custom, puis ajoutez à la fin de la ligne linux (qui spécifie le fichier vmlinux) init=/boot/petitboot.sh, et appelez petitboot cette entrée du menu. On peut aussi lui affecter une touche de raccourci. Cela devrait ressembler à ça par exemple :

menuentry 'petitboot' --hotkey=p --class debian --class gnu-linux --class gnu --class os {
    ...
    echo 'Loading Linux <version> ...'
    linux /boot/vmlinuz-<version> root=blabla ro init=/boot/petitboot.sh
    echo 'Loading initial ramdisk ...'
    initrd /boot/initrd.img-<version>
}

Il peut être souhaitable de conserver une sauvegarde d'un noyau connu pour fonctionner à un endroit sûr et utiliser ce chemin plutôt que le fichier fourni par Debian qu'une mise à jour pourrait casser.

Eventuellement, exécutez update-grub pour mettre à jour /boot/grub/grub.cfg.

Ainsi, au démarrage quand vous entendez le bip de GRUB, vous avez le choix de presser la touche « Fin » puis « Entrée », ou de taper la touche de raccourci « p », cela lancera linux, brltty et petitboot.

Si après l'avoir bien testé, vous vous sentez assez en sécurité, faites de cette entrée l'entrée par défaut de GRUB : dans le fichier /etc/default/grub, écrivez

GRUB_DEFAULT="petitboot"

puis ré-exécutez update-grub. Vous aurez encore le choix, au bip de GRUB, de presser la touche "Début" puis "Entrée" pour démarrer sans petitboot.

Polices de caractère de la console

La police de caractère de la console Linux en mode texte peut être configurée pour améliorer l'accessibilité : dans le fichier /etc/default/console-setup, on peut configurer FONTFACE à Terminus afin de pouvoir sélectionner une taille de fonte plus grande comme FONTSIZE=32x16 par exemple. Cela réduira bien sûr la quantité de texte affichée sur l'écran. Pour ajuster la quantité de texte affichée sur l'écran, on peut configurer SCREEN_WIDTH et SCREEN_HEIGHT.

Le paquet console-braille fournit des polices braille qu'on peut utiliser pour saisir les caractères braille Unicode et afficher en braille sur l'écran. Cet affichage est incompatible avec l'utilisation de FONTFACE parce que l'on doit spécifier à la fois la police normale et la police braille dans la variable FONT, voir l'exemple dans le /etc/default/console-setup.

Interface graphique

Actuellement, on peut accéder aux environnements de bureau GNOME, MATE, XFCE, LXDE, LXQT avec Orca. Lire la page sur Orca et le guide d'accessibilité de GNOME pour plus de détails. Pour GNOME 3, il est utile de lire les raccourcis clavier utiles de GNOME.

La manière la plus simple pour installer ces environnements utilisateur graphiques est d'installer la tâche correspondante, par exemple :

apt-get install task-gnome-desktop

Une autre manière, plus légère, est d'installer soi-même Xorg et le méta-paquet de l'environnement, mais il risque de vous manquer un certain nombre de choses. Par exemple :

apt-get install xorg xserver-xorg-video-all xserver-xorg-input-all desktop-base menu gnome-core

Il vous faut aussi vous assurer de disposer d'Orca pour pouvoir y accéder :

apt-get install gnome-orca

Chaque environnement de bureau a sa propre manière pour activer l'accessibilité. Vous pouvez aussi l'activer manuellement, voir plus bas dans Trucs et astuces.

Pour l'accessibilité avec KDE, le paquet qt-at-spi doit être installé et la variable d'environnement QT_ACCESSIBILITY doit prendre la valeur 1 :

export QT_ACCESSIBILITY=1

Thèmes de couleur pour l'accessibilité

Le paquet loupe de GNOME gère l'inversion des couleurs. Mais certaines personnes préfèrent d'autres couleurs pour leur environnement graphique ou préfèrent avoir seulement un contraste élevé sans l'inversion des couleurs. À cet effet, il existe un paquet nommé gnome-accessibility-themes qui inclut différents thèmes. On peut l'installer avec la commande

aptitude install gnome-accessibility-themes

Ces thèmes peuvent alors être sélectionnés dans le menu Préférence de GNOME.

Les couleurs peuvent aussi être inversées en utilisant le logiciel xcalib, c'est à dire :

xcalib -i -a

inversera simplement l'ensemble du bureau.

Daltonisme

Pour les daltoniens, le programme de loupe KDE fournit des options pour altérer la couleur d’une seule portion de l’écran (et non pas de l’écran entier). Il possède des réglages pour la protanopie, la deutéranopie, la tritanopie et l’achromatopsie.

Gestion du grossissement plein écran

Il y a plusieurs options pour le grossissement plein écran. Choisissez celui qui vous convient le mieux.

Option 1 : résolution

La manière la plus simple est d’abaisser la résolution de l’écran : xrandr -s 800x600

Pour annuler la résolution de l’écran, utilisez : xrandr -s 0

Option 2 : déplacement (panning)

Il est possible de zoomer sans changer la résolution de l’écran. Seule une portion de l’écran sera visible, vous devez alors déplacer la souris vers les bords de l’écran pour déplacer la vue.

Pour activer cette fonction : xrandr --output VGA1 --mode 640x480 --fb 1280x1024 --panning 1280x1024

Pour désactiver cette fonction :xrandr -s 0

Option 3 : environnement de bureau

Les solutions précédentes fonctionnent pour n’importe quel système Debian. Cependant, selon l’environnement de bureau que vous avez installé, vous pouvez avoir une manière graphique d’activer le zoom. Par exemple, Gnome-Shell et Cinnamon incluent une icône d’accès universel /accessibility/universalaccess.svg dans leur barre des taches avec une option de menu pour activer le zoom plein écran et la fonction de déplacement.

Option 4 : Compiz

La prise en charge du grossissement avancé fournie par Compiz n’est désormais plus disponible dans Debian. Il a été rapportée par Shaun Marolf en 2015 que les paquets Compiz d’Ubuntu fonctionnent dans Debian sans modification, mais cela n’a pas été testé.

Obsolète : changement de DPI

Une ancienne méthode, qui pourrait maintenant ne plus fonctionner, était de déclarer à Xserver une plus haute résolution d’affichage qu’il ne possédait réellement :

Pour changer de DPI : xrandr --dpi 200

Ceci rendra tout deux fois plus gros à l'écran (200 dpi au lieu des standards 96 dpi ou 75 dpi). Certains éléments pourraient ne pas être redimensionnés. Dans ce cas, on peut insérer les lignes suivantes dans le fichier ~/.gtkrc-2.0 :

gtk-font-name = "DejaVu Sans 20"
gtk-cursor-theme-size = 64
gtk-icon-sizes = "gtk-menu=48,48 : gtk-button=48,48 : gtk-dialog = 128,128"

style "default"
{
        GtkRange::slider_width = 56
        GtkRange::stepper_size = 56
        GtkPaned::handle-size = 20
        GtkCheckMenuItem::indicator-size = 48
        GtkCheckButton::indicator-size = 48
        GtkOptionMenu::indicator-size = 48
        GtkTreeView::indicator-size = 48
        GtkTreeView::expander-size = 40
}

class "GtkWidget" style "default"

Loupe

Certaines personnes préfèrent utiliser une loupe de grossissement virtuelle au lieu de grossir l’écran en entier. La résolution de l’écran ne change pas, et est ajoutée une petite fenêtre qui affiche un grossissement d’une portion de l’écran. Vous pouvez généralement choisir quelle portion grossir en déplaçant la fenêtre ou en ayant le programme de grossissement configuré pour grossir une zone autour de la souris. Il y a plusieurs options disponibles, vous pouvez choisir l'une des suivantes :

Option 1 : Kmag

La loupe d’écran de KDE peut être installée avec apt-get install kmag.

Kmag est simple à utiliser. Elle occupe plus d’espace disque (>200MiB) si vous n’avez pas KDE d’installé. Bien que conçue pour KDE, Kmag fonctionne avec n’importe quel environnement de bureau, incluant Gnome et Cinnamon.

Option 2 : Virtual Magnifying Glass

Si vous avez des difficultés de lecture seulement sur certains mots occasionnellement, vous pourriez préférer Virtual Magnifying Glass (VMG). Son avantage est qu’il est habituellement invisible, à la différence de programmes tels que kmag qui crée une fenêtre qui couvre toujours une partie de votre écran. Cliquer sur l’icône de VMG dans la barre des tâches affiche une lentille zoomée autour de votre pointeur de souris. Bouger la souris fait bouger la lentille. Cliquer n’importe où ferme le programme. (Astuce : pour changer le niveau de zoom, utilisez la molette de la souris.)

VMG est disponible à partir de Stretch et versions suivantes. Il peut être installé également sur Jessie, le fichier .deb peut être obtenu à l'adresse https://packages.debian.org/sid/vmg et installé avec

dpkg -i vmg_3.7.1-1_amd64.deb
apt-get -f install

GNOME Magnifier

GNOME magnifier était l’outil de grossissement recommandé pour Debian. Cependant, n’étant plus disponible dans les paquets Debian (depuis Debian Jessie et Stretch), il ne sera donc pas abordé dans cette page.

Accessibilité de gdm

L'écran d'accueil graphique de gdm gère l'accessibilité, il y a juste à activer Orca. Mais avec Lenny, la version de gdm installée ne gère pas cette fonctionnalité. Aussi avec Lenny, vous devez d'abord retirer gdm puis installer gdm3 à la place. À partir de Squeeze, Debian utilise gdm3 par défaut.

Vous pourrez alors activer Orca de quatre manières différentes :

  • Il est activé automatiquement quand les fonctionnalités d'accessibilité sont activées pour accéder à l'installateur Debian.
  • Il est activé en cliquant sur l’icône "accessibilité" qui donne accès à un panneau de configuration.
  • À partir de Jessie, il peut être activé par la frappe du raccourci menu-alt-s.
  • Il est activé manuellement en exécutant avec Squeeze la commande suivante :

su -s /bin/sh -c "gconftool-2 --type bool --set /desktop/gnome/applications/at/screen_reader_enabled true" Debian-gdm

ou à partir de Wheezy :

su -s /bin/sh -c 'eval $(dbus-launch) ; export DBUS_SESSION_BUS_ADDRESS DBUS_SESSION_BUS_PID ; GSETTINGS_BACKEND=dconf gsettings set org.gnome.desktop.a11y.applications screen-reader-enabled true' Debian-gdm || true

Accessibilité de LightDM

L'interface d'accueil de LightDM prend en charge l'accessibilité. Orca a simplement besoin d'être activé. Pour cela, créez le fichier /etc/xdg/lightdm/lightdm.conf.d/80_orca-dm-wrapper.conf et écrivez-y les lignes suivantes :

[SeatDefaults]
greeter-wrapper=/usr/bin/orca-dm-wrapper

Accessibilité d'Iceweasel ou Firefox

La version d'Iceweasel ou Firefox de Wheezy n'est pas aussi accessible que les versions ultérieures. Il est recommandé de télécharger, d'installer et d'utiliser une version plus récente de Firefox provenant de mozilla.com

La version pour Jessie est beaucoup plus accessible.

Accessibilité des applications 32 bits

Si vous avez un système 64 bits et vous utilisez quelques applications 32 bits, avoir le paquet libatk-adaptor installé ne sera pas suffisant pour rendre les applications 32 bits accessibles : vous devez aussi installer la version 32 bits du paquet. Si vous ne l'avez pas déjà fait, activez l'installation des paquets i386, comme c'est bien détaillé sur la page Multiarch Howto :

dpkg --add-architecture i386

puis mettez à jour la base de données de APT :

apt-get update

et vous pouvez désormais la version 32 bits du bridge :

apt-get install libatk-adaptor:i386

Accessibilité de Java

Pour accéder aux applications Java, il faut installer le paquet libatk-wrapper-java. Malheureusement, dans certaines versions openjdk désactive l'accessibilité par défaut (voir 705511) ; il faut donc la réactiver manuellement. Dans le fichier /etc/java-6-openjdk/accessibility.properties pour Debian 7 (Wheezy) ou /etc/java-7-openjdk/accessibility.properties pour Debian 8 (Jessie), la ligne suivante doit être décommentée (le # devant doit être enlevé) :

assistive_technologies=org.GNOME.Accessibility.AtkWrapper

Également, seul l'aspect GTK dispose d'une prise en charge de l'accessibilité, par conséquent, dans le fichier /etc/java-6-openjdk/swing.properties pour Debian 7 (Wheezy) ou /etc/java-7-openjdk/swing.properties pour 8 (Jessie), la ligne suivante doit être décommentée (le # devant doit être enlevé) :

swing.defaultlaf=com.sun.java.swing.plaf.gtk.GTKLookAndFeel

Virtualisation

Les outils de virtualisation sont plus ou moins accessibles.

Xen

Xen utilise une interface en ligne de commande, donc, il est bien sûr accessible. Configurer un environnement Xen n'est néanmoins pas si facile. Voir les pages du wiki Debian sur Xen.

qemu/kvm

qemu/kvm peut être exécuté en mode texte, en utilisant l'option -curses. Bien sûr, quand le système invité est en mode graphique, l'interface texte ne montrera rien d'utile et un lecteur d'écran devra encore être installé sur le système invité.

Pour permettre au lecteur d'écran d'émettre des paroles, l'option -soundhw ac97 peut être utilisée pour fournir un panneau son virtuel au système invité.

Pour permettre au lecteur d'écran d'émettre en braille, l'option -usbdevice braille peut être utilisée pour fournir une plage braille Baum virtuelle au système invité. La traduction en braille se fera au travers du démon brltty de l'hôte.

Une autre possibilité pour le braille est de passer par un périphérique braille USB. Par exemple, si la commande lsusb du système hôte reconnaît le périphérique braille comme ceci :

Bus 001 Device 002: ID 0403:fe72 Baum

passer l'option -usbdevice host:0403:fe72 donnera le périphérique USB au système invité, c'est-à-dire que vous devez d'abord vous assurer qu'aucun programme tel que brltty ne l'utilise sur le système hôte, puis exécuter qemu/kvm. Le démon brltty installé dans le système invité pourra alors accéder au périphérique physique comme s'il était connecté à la machine virtuelle.

Bien sûr, si on possède deux plages braille USB, une peut être utilisée par un démon brltty exécuté sur le système hôte et l'autre par un démon exécuté sur le système invité.

Dépannage

Pas de synthèse vocale après le lancement d'une session GNOME

Si Orca dit seulement « Bienvenue dans Orca » puis semble être ensuite silencieux, c'est que vous êtes en fait sur un bureau vide. Pour obtenir le focus, appuyez sur les touches Alt+F1 pour obtenir le menu ou Alt+F2 pour le dialogue de lancement d'application.

BRLTTY/braille s'arrête après le démarrage

Dans Wheezy, un programme appelé modemmanager a été ajouté : il scanne les périphériques séries (et probablement usb2) pour savoir si c'est un modem. Malheureusement, cela interrompt les communications avec les plages braille connectées sur ces ports. Il suffit d'entrer

apt-get remove modemmanager

pour corriger ce problème.

Session GNOME 3 inaccessible / pas de session de secours

Il peut se produire que vous arriviez dans une session GNOME 3 mal accessible. Par exemple, si vous appuyez sur les touches Alt+F1 pour obtenir le menu, rien ne se passe. Cela a à voir avec le fait que le shell GNOME n'est pas encore bien accessible. Voir ci-dessous comment résoudre le problème.

Debian Wheezy (GNOME 3.4)

Avec GNOME 3.4, il y un mode appelé session de secours qui imite le comportement de GNOME 2. Vous pouvez l'activer avec la commande :

gsettings set org.gnome.desktop.session session-name gnome-fallback

Cela peut être fait à partir de la session GNOME. On peut obtenir un terminal avec les touches Alt+F2, puis en tapant la commande gnome-terminal<entrez> et il sera accessible de toute façon.

Debian Jessie (GNOME >= 3.8)

Avec Debian Jessie et une version de GNOME >= 3.8, il y a un mode intitulé GNOME classic. Il utilise directement le shell GNOME pour parvenir à obtenir un comportement analogue à GNOME 2 pour l'utilisateur. Quand on utilise startx, on peut configurer le fichier .xinitrc comme suit pour utiliser ce mode :

if [ -d /etc/X11/xinit/xinitrc.d ]; then
  for f in /etc/X11/xinit/xinitrc.d/*; do
    [ -x "$f" ] && . "$f"
  done
  unset f
fi

exec gnome-session --session=gnome-classic

Problèmes de speech-dispatcher

Certains utilisateurs se servent du système de synthèse vocale ibmtts ou viavoice avec Orca et pensent qu'il ne convient pas. Selon eux, la synthèse vocale est lente, sa réactivité faible et tombe en panne souvent. Le problème est qu'il ne semble pas y avoir de solution dans la mesure où gnome-speech n'est plus supporté par les vendeurs d'ibmtts.

Toutefois, le paquet qui connecte ibmtts à gnome-speech est sous licence LGPL. Aussi, il a été empaqueté et, dans Debian, il porte le nom de gnome-speech-ibmtts.

Comment l'installer ? D'abord, installez le système de synthèse vocale ibmtts ou viavoice. Puis, exécutez (en tant que super-utilisateur) la commande :

apt-get install gnome-speech-ibmtts

NOTE : Si vous installez ibmtts après le paquet Debian, vous devez exécuter la commande :

dpkg-reconfigure gnome-speech-ibmtts

autrement, le fichier de configuration de viavoice ne sera pas créé et Orca ne pourra pas voir viavoice au lancement du menu Préférence.

NOTE : Avant le premier redémarrage de Orca, vous devrez sauvegarder votre répertoire ~/.local/share/orca et supprimer son contenu. Pour cela, exécutez la commande :

cp -Rp ~/.local/share/orca ~/.local/share/orcabackup
rm -r ~/.local/share/orca/*

vous devrez ensuite recréer toutes vos préférences (raccourcis, etc.).

Cette méthode permet aux utilisateurs qui ne veulent pas tout de suite utiliser speech-dispatcher de résoudre le problème. Cependant, cette solution n'est pas idéale pour un futur lointain dans la mesure où gnome-speech et at-spi seront obsolètes avec Gnome-3. Ce peut être néanmoins une bonne transition. Cela ne fonctionne pas avec les architectures amd64 ; seule l'architecture i386 est supporté.

Notez que vous ne rencontrerez pas ce problème en migrant de Lenny (5.0) à Squeeze (6.0) étant donné que la migration conserve la configuration nécessaire de telle manière que l'on puisse accéder à ibmtts avec gnome-speech.

Problèmes de Xorg

Xorg peut refuser de démarrer s'il n'y a pas un écran réel branché à la carte graphique. Ce problème doit être rapporté au pilote vidéo utilisé ; on peut citer la page http://lists.freedesktop.org/archives/xorg/2009-March/044206.html qui explique le raisonnement de sa résolution.

En attendant, on peut utiliser le pilote factice (dummy) qui ne se sert d'aucune carte vidéo et permet quand même à GNOME de démarrer. Installez le paquet xserver-xorg-video-dummy puis ajoutez les lignes suivantes au fichier /etc/X11/xorg.conf (créez-le s'il n'existe pas déjà) :

Section "Device"
    Identifier "noscreendevice"
    Driver     "dummy"
EndSection

La prise en charge est néanmoins cassée depuis Squeeze, voir 696965, le correctif suivant peut être appliqué pour résoudre le problème :

diff --git a/src/dummy_driver.c b/src/dummy_driver.c
index 6062c39..566a006 100644
--- a/src/dummy_driver.c
+++ b/src/dummy_driver.c
@@ -813,7 +813,7 @@ dummyDriverFunc(ScrnInfoPtr pScrn, xorgDriverFuncOp op, poin
     switch (op) {
        case GET_REQUIRED_HW_INTERFACES:
            flag = (CARD32*)ptr;
- (*flag) = HW_SKIP_CONSOLE;
+ (*flag) = 0;
            return TRUE;
        default:
            return FALSE;

Désactiver PulseAudio

Si PulseAudio pose des problèmes, il y a plusieurs manières d'utiliser le système de son ALSA en remplacement.

Pour les environnements de bureau comme MATE ou d'autres alternatives encore plus légères, vous pouvez tenter d'enlever le paquet :

sudo apt-get remove pulseaudio

Les deux ou trois paquets marqués également pour être enlevés ne sont pas essentiels.

Pour d'autres environnements de bureau comme GNOME, il est impossible d'enlever PulseAudio. La désactivation s'effectue alors de la manière suivante :

1. Exécutez la ligne de commande :

dpkg-divert --add --rename /usr/share/alsa/pulse-alsa.conf

2. Ordonnez à PulseAudio de ne pas se régénérer automatiquement. Éditez /etc/pulse/client.conf et cherchez-y une ligne ressemblant à :

; autospawn = yes

et changez-là en :

autospawn = no

Astuce pour speech-dispatcher: Speech-Dispatcher refuse dans certains cas de basculer vers ALSA. Dans ce cas, on peut éditer /etc/speech-dispatcher/speechd.conf et changer la ligne

# ?AudioOutputMethod "pulse"

pour

AudioOutputMethod "libao"

et relancer speech-dispatcher via

killall speech-dispatcher; speech-dispatcher

Trucs et astuces

Démarrage automatique de Orca

GNOME 3

Orca peut être configuré manuellement pour qu'il démarre automatiquement dans la session utilisateur de GNOME 3, en exécutant la commande

eval $(dbus-launch); export DBUS_SESSION_BUS_ADDRESS DBUS_SESSION_BUS_PID
GSETTINGS_BACKEND=dconf gsettings set org.gnome.desktop.a11y.applications screen-reader-enabled true

GNOME 2

Orca peut être configuré manuellement pour qu'il démarre automatiquement dans la session utilisateur de GNOME 2, en exécutant la commande

gconftool-2 --type bool --set /desktop/gnome/interface/accessibility true
gconftool-2 --type bool --set /desktop/gnome/applications/at/visual/startup true

MATE

Orca peut être configuré manuellement pour qu'il démarre automatiquement dans la session utilisateur de MATE, en exécutant la commande

eval $(dbus-launch); export DBUS_SESSION_BUS_ADDRESS DBUS_SESSION_BUS_PID
GSETTINGS_BACKEND=dconf gsettings set org.gnome.desktop.a11y.applications screen-reader-enabled true
GSETTINGS_BACKEND=dconf gsettings set org.mate.interface accessibility true

XFCE

La gestion de l'accessibilité de XFCE doit être configuré manuellement. On peut le faire soit en cochant la case "Activer les technologies d'assistance" dans la configuration de l'accessibilité de XFCE, ou en exécutant cette commande dans une session X :

   xfconf-query -c xfce4-session -n -t bool -p /general/StartAssistiveTechnologies -s true

Sinon, vous pouvez mettre ce qui suit dans le fichier $HOME/.config/xfce4/xfconf/xfce-perchannel-xml/xfce4-session.xml :

<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>

<channel name="xfce4-session" version="1.0">
  <property name="general" type="empty">
    <property name="StartAssistiveTechnologies" type="bool" value="true"/>
  </property>
</channel>

Il est possible que le fichier existe déjà. Si vous n'avez pas déjà configuré XFCE, vous pouvez remplacer le contenu de ce fichier par l'extrait ci-dessus. Attention, cela remplace votre configuration de la session XFCE. Si vous ne voulez pas perdre les paramètres de votre session actuelle de XFCE, ajoutez une propriété "general" qui ressemblerait à cela :

<channel name="xfce4-session" version="1.0">
  <property name="splash" type="empty">
    ...
  </property>
  <property name="general" type="empty">
    <property name="FailsafeSessionName" type="empty"/>
    <property name="StartAssistiveTechnologies" type="bool" value="true"/>
  </property>
  <property name="sessions" type="empty">
    <property name="Failsafe"
    ...
  </property>
</channel>

Pour l'instant, Orca ne démarrera pas automatiquement. Le contournement le plus simple est juste de supprimer la ligne "?OnlyShowIn" dans le fichier /etc/xdg/autostart/orca-autostart.desktop, ou d'y ajouter XFCE.

LXDE et LXQT

Pour l'instant, Orca ne démarre pas automatiquement. Le contournement le plus simple est juste de supprimer la ligne « ?OnlyShowIn » dans le fichier /etc/xdg/autostart/orca-autostart.desktop. De façon alternative, on peut ajouter LXDE ou LXQT à la fin de cette ligne.

Accessibilité avec chroots

Pour que les applications exécutées dans un chroot soient accessibles, elles doivent avoir accès au bus at-spi. Ce bus est présent à la fois dans /tmp et dans $HOME, donc les instructions suivantes sont nécessaires, en plus de la configuration habituelle d'at-spi dans le chroot :

mount /tmp /where/the/chroot/is/tmp -o bind
mount /home /where/the/chroot/is/home -o bind

Comme d'habitude, les variables d'environnement DISPLAY et XAUTHORITY doivent être configurées avec les valeurs qu'elles ont en dehors du chroot, pour accéder à l'affichage X.

Eteindre l'écran

Pour économiser la batterie ou pour garantir plus de confidentialité, on peut avoir envie d'éteindre l'écran. Il y a deux approches : si la première est la plus simple, elle demande qu'on ait les privilèges d'administrateur. Installez le paquet vbetool et entrez la commande

sudo vbetool dpms off

pour éteindre l'écran et

sudo vbetool dpms on

pour le rallumer. Cela peut être une bonne idée (même si elle est facultative) d'ajouter une règle à votre fichier sudoers pour que cette commande puisse être utilisée sans entrer de mot de passe. Ajouter dans /etc/sudoers :

user ALL=(root) NOPASSWD: /usr/sbin/vbetool

(où « user » doit être remplacé par le nom de l'utilisateur.)

Conseil : après un certain temps d'inactivité, l'écran sera réactivé après l'appui d'une touche. Pour éviter ce comportement on peut créer un script, appelé par la commande ./<script_name> & pour l'exécuter en tâche de fond avec le contenu suivant :

while [ 1 ]; do; sudo vbetool dpms off; sleep 20; done

La seconde approche est différente, elle utilise la console et X. Avec une console texte, il suffit de saisir la commande suivante :

setterm -blank force

et on restaure l'affichage avec la commande

setterm -blank poke

Cette commande doit être exécutée directement sur la console Linux. Si on l'exécute sur un terminal, il faut rediriger la sortie par exemple vers /dev/tty1 :

setterm -blank force > /dev/tty1

Avec la console graphique de X11, on peut le faire à l'aide de ce script pour éteindre l'écran ou l'activer :

   1 #!/bin/sh
   2 output=$(xrandr | grep ' connected ' | awk '{print $1}' | head -1)
   3 screenSize=$(xrandr | awk 'BEGIN {foundOutput=0}
   4     / '$output' / {foundOutput=1}
   5     /\*\+/ {print $1}
   6     /^[^ ]/ {if(foundOutput) exit 0}')
   7 if [ "$screenSize" != "" ]; then
   8     xrandr --output $output --fb $screenSize --off
   9     espeak -v fr "Moniteur éteint"
  10 else
  11     xrandr --output $output --auto
  12     espeak -v fr "Moniteur allumé"
  13 fi

Effets de son sur le bureau GNOME

Si vous voulez avoir des effets de son pour vous aider à naviguer avec GNOME, exécutez la commande

sudo aptitude install freedesktop-sound-theme
gconftool-2 --type bool --set /desktop/gnome/sound/event_sounds true
eval $(dbus-launch); export DBUS_SESSION_BUS_ADDRESS DBUS_SESSION_BUS_PID
GSETTINGS_BACKEND=dconf gsettings set org.gnome.desktop.sound event-sounds true

Accélérer eSpeak

La synthèse vocale eSpeak peut parler plus vite si on ajoute une option de configuration dans le fichier vocal approprié. Ces fichiers vocaux se trouvent dans le répertoire /usr/lib/i386-linux-gnu/espeak-data/voices/. Choisissez le fichier correspondant à votre langue (par exemple en-us ou de). Avec un éditeur de texte ouvrez en tant que super-utilisateur le fichier concerné et insérez la ligne suivante :

speed 150

Cela fera parler eSpeak 50 % plus vite.

Plus d'astuces

Vous trouverez d'autres astuces à l'adresse http://brl.thefreecat.org/wiki/

Liens externes