Traduction(s): English


Quelques informations sur le gestionnaire de fenêtre Fluxbox.

Introduction

Dans l'informatique Unix, Fluxbox est un Gestionnaire de fenêtres rapide et léger pour un Système de fenêtre X basé sur Blackbox 0.61.1. et compatible avec celui-ci. Il supporte les applications KDE et Gnome.

Contrairement aux gestionnaires plus lourds comme Gnome et KDE, qui prennent (idéalement) 15-30 secondes à démarrer, Fluxbox est démarré à partir du moment où vous appuyez sur Entrée. Son menu et sa configuration sont faits par de simples fichiers situés dans le répertoire de l'utilisateur nommé .fluxbox.

Fluxbox possède un mécanisme d'onglet astucieux pour les fenêtres. Vous pouvez combiner plusieurs fenêtres en une seule avec des onglets sur la partie du haut en cliquant (avec le bouton du milieu) simplement sur l'onglet d'une fenêtre et en le glissant sur l'onglet d'une autre fenêtre tout en gardant le bouton de la souris appuyé. C'est très sympa pour nettoyer un bureau sans devoir exiler les applications sur d'autres bureaux virtuels (qu'il gère aussi).

Une autre fonctionnalité intéressante est que Fluxbox supporte les applications "dockées". Simplement, une application dockée fonctionne en tant qu'icône avec un affichage miniature ou une manière de la contrôler. Mais pas vraiment comme une icône, plus comme de petits contrôles d'un walkman (par exemple) à la différence des grosses touches d'une chaine hi-fi. Il se veut plus léger et énormément configurable, avec peu de support pour les icônes graphiques, et seulement des possibilités basiques pour le style d'interface. L'interface basique a juste une barre de tâche et un menu accessible en faisant un click droit sur le bureau. Fluxbox supporte aussi les raccourcis claviers créés par l'utilisateur.

Fluxbox est un logiciel fantastique qui ne dépend d'aucun autre Gestionnaire de fenêtres. Il est petit, rapide, et visuellement attractif. (Source < 500Ko). Il peut être utilisé avec une DebianLive sur de petites clés USB.

En accord avec le but de Fluxbox d'être simple, le menu principal, les raccourcis claviers et la configuration basique peuvent tous être changés en éditant des fichiers textes. Les thèmes Fluxbox sont 100% compatibles avec ceux de blackbox. Les couleurs, les dégradés, les bordures et quelques attributs basiques d'apparence peuvent être spécifiés. Les versions récentes de Fluxbox supportent les coins arrondis et les éléments graphiques. Fluxbox a aussi quelques fonctions que blackbox n'a pas, y compris les fenêtres à onglets une fonction familière de PWM et les barres de titres configurables.

Installation

SI vous n'avez pas installé X, vous devez l'installer en premier, en utilisant Aptitude: ou apt-get :

apt-get install x-window-system-core

Ensuite, vous pouvez installer Fluxbox.

apt-get install fluxbox

Vous pouvez maintenant utiliser Fluxbox avec xdm.

Le paquet fluxbox contient les outils suivants :

La Session Fluxbox

KDM et GDM

Pour commencer une session Fluxbox depuis ?KDM ou GDM vous pouvez choisir 'fluxbox' depuis le menu des sessions ou des types de session.

XDM

Pour lancer Fluxbox depuis xdm, vous devriez configurer un fichier .xsession dans votre Dossier personnel

Alternativement, il y a la possibilité d'utiliser les alternatives de debian et configurez x-session-manager pour être Fluxbox.

Depuis la ligne de commande

Pour lancer Fluxbox depuis le login de la ligne de commande, configurez le fichier .xinitrc dans votre dossier personnel et insérer les lignes suivantes :

Alternativement, il y a la possibilité d'utiliser les alternatives de debian et configurez x-session-manager pour être Fluxbox.

Configuration

Changer les thèmes GTK

Vous pouvez changer les thèmes GTK et GTK2 avec gtk-theme-switch dans Fluxbox. Installez le paquet gtk-theme-switch en premier et déplacez vos thèmes GTK dans ~/.themes, lancez gtk-theme-switch ou gtk-theme-switch2 et changez de thème.

Les raccourcis claviers

Il est possible de configurer un large panel de raccourcis claviers pour Fluxbox en utilisant la configuration du fichier ~/.fluxbox/keys (Cependant, il est possible d'utiliser un autre nom et de le spécifier dans ~/.fluxbox/init). Le fichier key a un plan simple et propre, comme montré dans l'exemple ci-dessous :

La syntaxe générale est donc :

NOTE: Les tableaux suivants ne sont pas complets !

modificateur

touche sur le clavier

Mod1

Alt

Mod4

OS, c-à-d la touche windows

Control

touche ctrl

Shift

touche shift

touche

Touche sur le clavier

a-zA-Z0-9

les lettres et les numéros, sensible à la casse

Escape

la touche échap

Right|Left|Up|Down

les flèches sous les touches Home/End

Tab

touche de tabulation

Delete

Touche suppr.

opérations

action

Workspace N

va à l'espace de travail N

PrevWindow|NextWindow

cycliquement va à la fenêtre précédente/suivante sur l'espace de travail courant

Exec|ExecCommand

exécute les arguments suivants

FullScreen

bascule en mode plein écran pour la fenêtre courante

ToggleDecor

bascule en décoration de fenêtre

Maximize[Horizontal|Vertical]

maximise la fenêtre courante

NextTab|PrevTab

va d'un onglet à l'autre

MoveTo x y

déplace la fenêtre courante aux coordonnées (x,y) (où (0,0) est le coin haut gauche)

ArrangeWindows

arrange automatiquement les fenêtres sur le bureau actuel

RootMenu

affiche le menu racine à la position du curseur

Les modificateurs, les touches et les opérations ne sont pas sensibles à la casse. C'est pour la lisibilité qu'ils le sont dans ce wiki.

Plus d'informations

Allez aussi voir Xinitrc, FluxboxIcon, ?FluxboxBackground, ?slit.

Liens externes


CategoryFrDesktopEnvironment